Spotlight Series

Ungalli

Ungalli co--fondatrice avec David Suzuki

Q : Parlez-nous de votre entreprise sociale. Quelle est votre mission ? Quels produits ou services, offrez-vous ? À qui offrez-vous vos services ? Depuis combien de temps êtes-vous en opération ?
R :
Ma sœur (Bree Hollinsworth) et moi (Hailey Hollinsworth) avons commencé Ungalli ensemble il y a six ans déjà. Nous sommes fortement engagées à créer une nouvelle norme de style. Nous voulons sensibiliser les gens sur l’impact négatif qu’a l’industrie du vêtement sur les hommes, la faune et la planète. Nous croyons que les vêtements sont une forme d’expression de soi, mais jamais au détriment des autres. C’est pourquoi Ungalli vous amène le style, la qualité et le design supérieur, conçus avec l’intégrité à chaque étape du processus.

Nous avons une gamme complète de vêtements informels et soutenables, y incluant des t-shirts, des manches longues, des sweat-shirts, des pantalons de sport, des shorts, des chapeaux et plus. Tout est produit de façon éthique au Canada avec des matériaux durables tels que les bouteilles en plastique recyclé, le coton réutilisé, le coton organique et le chanvre. Nous avons des tailles pour les femmes, les hommes et les jeunes. Nous offrons également des t-shirts personnalisés pour des entreprises et organisations qui partagent nos valeurs.

Q : Parlez-nous du procès de croissance de votre entreprise. Pourquoi et comment avez-vous décidé d’accroître votre entreprise ? (plus d’employés, plus de produits/services, plus d’endroits de distribution… ?)  Comment réussissez-vous à atteindre votre marché cible ?
R : L’industrie de mode et vêtement en est une des plus polluantes et peu éthiques qui existent aujourd’hui. Le plus de vêtements conventionnels qui nuisent aux gens et à l’environnement que nous pouvons remplacer par des vêtements durables et conscients, le mieux que c’est !

Nous sommes en croissance dans deux différentes façons. On vient d’ouvrir un nouveau magasin au centre-ville de notre ville natale de Thunder Bay.
Nous avons toujours voulu aider d’autres entrepreneurs à se mettre sur pied. Lorsqu’on a ouvert le nouveau magasin, on a constaté que ceci était l’occasion idéale de partager notre espace avec d’autres entrepreneurs. Notre magasin s’appelle maintenant Ungalli Clothing Co. + Local Collective.

En plus de nos produits, nous avons fait venir une vingtaine d’entrepreneurs et créatifs locaux et nous leur avons donné un espace pour vendre leurs produits. La plupart d’entre eux n’ont pas d’emplacement permanent pour vendre leurs produits, cela leur donne donc la possibilité de le faire sur commission. L’environnement collaboratif attire beaucoup de gens dans le magasin. C’est très occupé depuis notre ouverture en mars !

Nous développons également notre programme de t-shirts. Des t-shirts personnalisés pour les entreprises, les équipes sportives, les organisations à but non-lucratif, etc. constitue le secteur le plus actif de notre entreprise depuis 2 ans et il se développe rapidement ! Cette année, nous avons commencé à acheter des tissus et à fabriquer des produits en masse afin de réduire les coûts. Nous travaillons également sur notre processus de commande de t-shirts sur-mesure afin de simplifier la tâche aux clients et nous permettre de rester organisés.

Q : Parlez-nous des défis que vous avez confrontés pendant votre procès de croissance. Quel genre de défis confrontez-vous et comment les surmontez-vous ? Avez-vous des conseils pour autres entreprises sociales qui voudraient accroître ?
R : Le flux de trésorerie est toujours un défi. C’est extrêmement difficile. Nous avons besoin de garder beaucoup d’inventaires pour pouvoir traiter les commandes personnalisées dans un délai de deux semaines, en plus de garder notre magasin et notre site Web approvisionnés avec notre propre marque. Avoir les liquidités pris dans l’inventaire peut être stressant, mais c’est une réalité à laquelle nous devons faire face dans notre entreprise. Travailler avec des mentors d’affaires et des personnes qui ont été à notre place nous a beaucoup aidé au cours de la dernière année. Nous avons vraiment appris à être stratégiques dans la planification de nos inventaires en utilisant différents logiciels et programmes, nous permettant de garder une trace de tout.
Certains conseils aux autres seraient de vous assurer de consulter les mentors avant de vous lancer trop rapidement dans une activité. Il peut être extrêmement bénéfique d’entendre le point de vue de quelqu’un d’autre sur les choses.

Q : Quels conseils souhaiteriez-vous pouvoir vous donner pendant votre démarrage ?
R : 1. Embauchez un comptable aussitôt que possible.
2. Ne vous laissez pas prendre à penser qu’être entrepreneur sera chic. Vous découvrirez rapidement que la quantité incroyable de travail et de sacrifices requis définit réellement l’esprit d’entreprise.

Q : Parlez-nous de votre expérience professionnel ou personnel. Avez-vous de l’expérience antérieure dans l’entreprenariat ou dans votre marché ?
R : Je suis allée à l’Université York pour étudier la kinésiologie et j’ai quitté pendant ma troisième année pour créer mon entreprise. Pendant les étés, à l’université, j’étais une représentante des ventes dans une entreprise de fabrication d’uniformes. J’ai pu être témoin des impacts environnementaux et sociaux, extrêmement négatifs que l’industrie du vêtement a sur le monde. Cela a vraiment choqué ma sœur (ma partenaire d’affaires) et moi-même, ce qui nous a poussées à nous engager à faire quelque chose à ce sujet.

Q : Raconte-nous une histoire ou un fait intéressant au sujet de ton entreprise sociale.
R : Ma sœur et moi parlons en public d’Ungalli et de son origine. Principalement lors de conférences sur l’environnement, l’entrepreneuriat ou la jeunesse. Nous avons pu voyager à des endroits vraiment cool. Deux ans passés, nous étions embauchés pour parler à Gaspé, au Québec, lors d’une conférence où David Suzuki était le conférencier principal. Nous avons parlé directement après lui !!!! Nous étions très nerveuses ! Nous avons passé 3 jours avec lui à la conférence. Nous sommes allés faire une randonnée avec lui et nous avons même pris un selfie.

Spotlight Series

Grocer4Good Ability Development Program

What inspired you to start the Grocer4Good Ability Development Program, and what is your motivation behind it?
My inspiration came from having a son on the Autism spectrum and working with a marginalized population in my work, also knowing not many opportunities are available for paid employment and skill development for people facing barriers. I resided and worked in Boulder, Colorado, for three years from late 2014 to early 2018 and was exposed to different social enterprises employing youth and adults on the autism spectrum.

Read more