Spotlight Series

Conseil de la coopération de l’Ontario

Jonas Kobri – Directeur des finances et administration au Conseil de la coopération de l’Ontario

Q : Parlez-nous de votre entreprise. Quelle est votre mission ou raison d’être ?
R : C’est en 1964 que le Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO) est créé. Il a pour mission de contribuer à l’essor de l’économie sociale dans la collectivité francophone par la coopération. Il réalise cette mission en permettant aux coopératives et aux entreprises sociales de se concerter, de promouvoir leurs intérêts et de soutenir leurs développements. En Ontario, il est le porte-parole du mouvement coopératif francophone. Après le départ de Luc Morin en février 2019, le CCO est dirigé aujourd’hui par Julien Geremie. Dans son plan de travail, il est en procès d’accomplir un travail de fonds en apportant des solutions pragmatiques aux problèmes opérationnels et stratégiques du CCO. L’objectif visé étant de réduire notre dépendance aux financements publics et de confirmer notre visibilité aussi bien en Ontario qu’à l’international.

Q : Parlez-nous du processus de croissance de votre entreprise. Pourquoi et comment le faites-vous ?
R : Le CCO a une ressource composée de talents et d’experts en tout genre. Dans nos rangs, nous avons un PhD, des masters et des professionnels de haut niveau. Nous continuons d’agrandir nos connaissances collectives en renforçant notre équipe. Nous avons grandi notre équipe de huit employés à 14 employés permanent dans les derniers quelques années. Cette visibilité que nous observons et qui fait la fierté de nos partenaires est la marque de notre expertise dans le développement communautaire, dans la gestion et l’organisation des coopératives et, des entreprises sociales. Contrairement aux années antérieures, nous ne sommes plus trop focalisés sur la recherche des subventions publiques. Aujourd’hui, le CCO est en train de mettre en place son autonomie financière en recherchant des contrats de gestion, des ventes de services. Je peux confirmer que nous sommes à l’ère de la diversification de nos produits.

Q : Avez-vous des consignes que vous auriez aimez donner à vous-même comme entreprise en développement ?
R : À mon avis, il faut se donner un ensemble de principes qui sont de nature à vous éveiller et à aller de l’avant. Il faut chercher à être autonome en se dotant de directives de fonctionnement. Puisque l’autonomie permet de transcrire sa marque dans ce qu’on fait ; elle source d’originalité. En outre, on maîtrise mieux ce qu’on fait. Les valeurs comme la transparence, l’honnêteté et le respect sont importantes pour moi dans le développement des organisations. Elles constituent les prémisses d’une confiance avec les divers partenaires sans lesquels l’entreprise ne pourra pas atteindre ses objectifs organisationnels. Il est aussi important d’avoir cette capacité de répondre aux exigences des clients, c’est-à-dire être prêt à formuler des solutions aux problèmes posés. Dans mon travail actuel, je fais en sorte que la relation dans le cadre des contrats de gestion avec les partenaires soit solide et de long terme.

Q : Quelle est votre expérience professionnel ou personnel ? Avez-vous de l’expérience antérieure en entreprenariat ?
R : Je suis détenteur d’un baccalauréat en comptabilité et d’une maîtrise en administration des affaires spécialisée en finance. D’autres formations complémentaires sont en cours de finition. Ces différentes formations m’ont permis d’acquérir des connaissances théoriques approfondies dans le domaine de la comptabilité, des finances, de la fiscalité des entreprises et de la gestion des organisations. Par exemple dans le domaine des finances, je peux affirmer que j’ai acquis des connaissances en matière de décision d’investissement, de gestion des besoins en fonds de roulement, des choix des différentes sources de financement, le fonctionnement des marchés financiers, la gestion de portefeuille, la valorisation d’actifs, etc. J’ai aussi des connaissances en droit des affaires.

Dans le domaine entrepreneurial, j’ai mis en œuvre les compétences nécessaires à la bonne marche d’une organisation. J’ai aidé de nombreuses entreprises en démarrage à assurer leur croissance économique. Mes compétences entrepreneuriales théoriques se limitent surtout à la gestion, au marketing, à la relation publique et au service à la clientèle. D’ailleurs, dans mes travaux de recherche, j’ai beaucoup travaillé sur la confiance dans les affaires et les mesures de la qualité de service. Je suis donc en mesure d’apporter des savoir-faire indéniables dans le management et la mise en œuvre de n’importe quelle en idée en projet.

Q : Racontez-nous une histoire ou un fait intéressant au sujet de votre entreprise ?
R : Tous les changements que nous avons apportés sont extrêmement excitants et c’est formidable de pouvoir travailler avec une équipe plus nombreuse. Nous sommes toujours en train d’ajuster la manière dont nous organisons nos réunions pour tenir compte de la nouvelle taille du groupe. Nous avons récemment réuni toute notre équipe pour une conférence et nous avons dû réserver trois Airbnb pour accueillir tout le monde, alors qu’avant, nous pouvions loger dans une ou deux maisons. Ce fut une bonne expérience.

Spotlight Series

Regional Food Distribution Association

La RFDA (Regional Food Distribution Association), une association de banques alimentaires du nord de l’Ontario basée à Thunder Bay, a été constituées en avril 2008. Nous sommes un centre de distribution pour autres banques alimentaires et programmes alimentaires pour ceux en besoin.

Read more